تلاميد الجاحظ
مرحبا بك عزيزي الزائر. المرجوا منك أن تعرّف بنفسك و تدخل المنتدى معنا. إن لم يكن لديك حساب بعد, نتشرف بدعوتك لإنشائه

تلاميد الجاحظ


 
الرئيسيةبحـثالتسجيلدخول

شاطر | 
 

 La marmite du diable

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
Wafae Rabhi



عدد الرسائل : 43
العمر : 21
الموقع : www.x--saada-tkd--x.skyrock.com
المزاج : sérieuse, rigolo
نقاط : 132
تاريخ التسجيل : 12/11/2009

مُساهمةموضوع: La marmite du diable   الخميس 19 نوفمبر - 13:01

ISur la route de Valenciennes et de Condé se trouvait un hameau qui s'appelait Escaupont. A Escaupont vivait un maréchal-ferrant qui s'appelait Jean Hullos, surnommé le Cacheux. Un soir d'hiver, alors qu'il errait dans la forêt il vit tout à coup une lumière rougeâtre et se dirigea vers celle-ci. Le Cacheux se trouva devant une hutte : il regarda par la porte et vit un grand feu fait de pierres noires.
Il vit aussi trois nains barbouillés de noir et accroupis autour du feu.
L'homme frappa à la porte et demanda aux trois nains s'il pouvait allumer sa pipe. L'un d'eux lui fit signe d'entrer. Le Cacheux s'aperçut qu'ils étaient tous, nus et poilus. Il leur demanda ce qu'ils brûlaient. Les petits hommes ricanèrent et lui dirent qu'ils n'en savaient rien. Soudain, un coup de sifflet retentit. Les nains se précipitèrent dans un trou. Pour savoir ce qui se passait, Jean Hullos les suivit. Avec une échelle, il descendit pendant une heure et arriva dans une pièce. Il vit plusieurs galeries et trois petits hommes à la lumière de leur chandelle et en aperçut beaucoup d'autres dans la caverne. Certains creusaient, d'autres chargeaient les chariots de pierres noires et d'autres les tiraient. Jean leur demanda ce qu'ils faisaient ici. Les nains lui répondirent qu'ils ne le savaient pas. Alors le Cacheux décida de le savoir. Il prit une des galeries qui l'amena dans une plaine où il y avait d'innombrables pierres noires. Au loin, il y avait une barque qui en transportait. Le maréchal-ferrant monta sur un tas de pierres et vit au loin de la fumée provenant d'une chaudière : on y faisait bouillir des hommes comme lui. Il entendit un autre coup de sifflet qui annonçait la pause. Jean Hullos rejoignit les nains. Ils s'assirent tous en rond, fumèrent leur pipe et burent de la bière. Jean en but trop et, saoul, s'endormit et rêva.... ...il vit un affreux géant qui ressemblait au diable et qui touillait ce qu'il y avait dans la marmite. Le Cacheux s'approcha de la marmite et éteignît le feu. Le diable en colère prit le soufflet et ralluma le feu. Puis le démon et la marmite disparurent... Les nains avaient transporté le Cacheux dans la forêt et Jean Hullosse réveilla et se demanda ce qu'il faisait là. Il se leva pour retourner chez lui mais ne reconnut pas la forêt. Le Cacheux descendit la montagne et arriva dans un village. Il vit un berger qu'il ne connaissait pas. Jean lui demanda comment s'appelait le village. Le berger lui répondit que ce village s'appelait Bruai et lui indiqua la direction d'Escaupont. Arrivé à Escaupont, Hullos ne reconnut que l'église. Il arriva devant sa maison, mais ne la reconnut pas car il se souvenait d'avoir planté à la naissance de sa fille (six mois auparavant) un gland mais le gland était devenu un chêne énorme. Jean Hullos entra dans la maison et vît deux personnes qu'il ne connaissait pas et demanda où était Jeanne, son épouse. La femme lui répondit qu'elle n'avait jamais entendu ce nom là. Le croyant fou, elle demanda à Jean de partir. Celui-ci se regarda dans une glace et se rendit compte qu'il avait vieilli de cent ans en regardant le calendrier. Les voisines, curieuses, accoururent et l'interrogèrent pour savoir d'où il venait et ce qu'il avait fait. Elles crièrent : " Au sorcier ! ". Le vieillard fut arrêté et passa en jugement. Au tribunal, le juge lui demanda s'il avait vraiment vu la marmite du diable. Jean Hullos lui dit que c'était la vérité et qu'il avait vu des pierres noires qui brûlaient et qui pouvaient remplacer l'huile, les chevaux et les voiles, il fut pris pour un sorcier. Lorsqu'il leva les yeux, il reconnut le juge : c'était le diable du fond de la Terre. Celui-ci prononça la sentence : Jean serait brûlé le lendemain. Samedi, jour du marché, on emmena le prisonnier au bûcher. Sur le chemin, Jean vit une femme qu'il prit pour Jeanne tant elle lui ressemblait, courut vers elle et l'enlaça. Le vieil homme l'embrassa ainsi que son enfant. Même la foule se rendit compte de leur ressemblance. Le juge cria : " Au bûcher ! ". Mais la foule décida de libérer le Cacheux. Alors, celui-ci s'adressa à la foule et lui dit qu'il avait découvert au fond de la Terre des pierres noires qui remplaceraient les chevaux, l'huile et les voiles et qui chaufferaient les maisons. Le juge fut à son tour condamné au bûcher. Il se transforma, alors, en chauve-souris et s'envola vers le mont d'Anzin. Jean Hullos et une vingtaine d'hommes partirent vers la montagne. Ils prirent des pioches et des bêches et creusèrent à l'endroit que leur avait indiqué le Cacheux. Ils y trouvèrent des pierres noires qu'ils appelèrent Houille. Le diable allume encore quelquefois un feu de grisou dans les mines, mais les hommes continuent de creuser inlassablement.
[/left]
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو
 
La marmite du diable
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
تلاميد الجاحظ :: الادب و الشعر الفرنسي :: حكايات و قصص فرنسية-
انتقل الى: